Liste




La peste...*


L'hygiène aux temps lointains lui était inconnue
Et notre bonne ville comme celles autour
Dut subir maintes fois aux chaleurs revenues
Bien des épidémies et maux des vilains jours .

Le choléra, la peste faisaient mille ravages
Par centaines les morts étaient alors comptés
Simples linceuls de chaux pour l'ultime voyage
Et la cloche lugubre pour les accompagner.

Cette fois paraît-il le mal vient de Marseille
Emmené dans les flancs d'un navire marchand
On dit mais est-il wai, qu'un trafiquant la veille
En venant par les gorges l'a ramené céans.

Les ruisseaux, les Ă©gouts, les rejets de la ville
Sont visibles partout. Fleuves nauséabonds,
Au détour des chemins ces odeurs imbéciles
Viennent ajouter du noir sur nos tristes maisons.

La chapelle des morts sonne le glas funeste
Des tombereaux chargés des âmes à emporter,
Courageux nos aĂŻeux qui dans un dernier geste
Prient en s'agenouillant et oublient de pleurer.

Ces instants nos anciens hélas les ont connus
Ravages, incendies, peines de toute sorte
Pillages, incursions de visages barbus
Sans que jamais la nuit vienne fermer nos portes.



* La Provence connût en 1720 une terrible épidémie de peste et plus tard, en 1835, 1845 et 1865 ou elle fît de terribles ravages dans notre commune.

Retour Menu La Seyne

Page realisees par Louis VAISSE